Les premiers stagiaires à Vallon-Pont-d’Arc, équipés pour une sortie spéléo – avril 1961.

Soixante ans de formations

Au printemps 1961, au Centre national de Vallon-Pont-d’Arc, eut lieu le premier stage de formation de moniteurs de cyclotourisme. Soixante ans plus tard, que de chemin parcouru avec la même volonté de former les bénévoles qui ont choisi de se mettre au service des nouveaux pratiquants, nombreux en cette période !

L’actuel engouement pour la pratique du vélo interpelle la Fédération avec cette question : comment accueillir dans nos clubs tous ces nouveaux pratiquants ? Animateurs, initiateurs, moniteurs, instructeurs, dirigeants se sont formés dans le but de répondre aux attentes de ces nouveaux venus : jeunes des Écoles françaises de vélo, familles, débutants, séniors… aux pratiques différentes, sur la route, sur les chemins, en vélo de route, VTT ou gravel… En dix ans, de 2010 à 2020, ce sont 10 448 cyclotouristes qui ont obtenu une qualification.

Jeune stagiaire à l’œuvre.

 

Un nouveau référentiel de formation


La Commission nationale de formation (CNF) et l’Équipe technique nationale (ETN) sous la responsabilité de la Directrice technique nationale (DTN) attachée à la Fédération, ont présenté le référentiel de formation 2022-2024 qui répond aux attentes des bénévoles motivés pour s’investir dans l’accueil et l’accompagnement.
 
Elle propose également une formation spécifique de « Jeune éducateur fédéral » aux jeunes de 16 ans des Écoles françaises de vélo qui viennent épauler les adultes.

Formation de Jeunes éducateurs fédéraux.

La formation évolue, s’adapte à la crise sanitaire et à celle du bénévolat en, par exemple, réduisant les temps de formation en présentiel et en utilisant des moyens modernes tels la formation à distance…

Nous sommes loin de 1961…

Un peu d’histoire


En avril 1961, au Centre national de Vallon-Pont-d’Arc, eut donc lieu le premier stage de formation de moniteurs de cyclotourisme sous l’autorité du ministère des Sports qui voulait créer des moniteurs spécialisés dans les diverses fédérations.

Côté fédéral, il est né de la volonté du président Léon Creusefond et du secrétaire général André Lalanne qui voyaient dans les jeunes l’avenir de la Fédération. S’ajoutait pour ces élus le souci « politique » d’être « reconnus » par les instances étatiques peu au fait du mouvement cyclotouriste.

Un participant nous a laissé ses impressions : « Le contenu de ce premier stage d’une semaine, orientait les candidats vers l’animation d’un groupe de jeunes. La technique était survolée. Les structures fédérales étaient évoquées, ainsi que les rapports que nous étions censé entretenir avec les services de la Jeunesse et des Sports. Une initiation aux activités de plein-air était dispensée, comme la marche et l’orientation, le canoë, la spéléologie, le camping. Le vélo, devant faciliter l’accès à ces disciplines, outre sa propre pratique, se retrouvait au centre de l’activité. »

Formation de moniteurs.

Le deuxième stage organisé en septembre 1961 réunit 15 stagiaires dont 12 de moins de 20 ans. Pierre Roques, cyclotouriste chevronné promu « moniteur-chef »,  l’encadrait en compagnie d’un fonctionnaire du ministère des Sports.

Il a raconté : « Nous avons vraiment pratiqué le tourisme à bicyclette avec des arrêts pour les visites comme l’Aven Orgnac. Nous empruntions les petites routes et même les chemins. Les stagiaires qui composaient un peloton joyeux étaient d’un bon niveau. Il fut même organisé une sortie nycto et, en « bouquet final », un mini-voyage de deux jours assorti d’une escalade pédestre du Gerbier de Jonc. Pour clore ce stage, nous avons préparé un critérium. Je précise en outre que si l’essentiel des activités restait axé sur le vélo, le directeur du centre, le sympathique M. Ochin, veillait à ponctuer notre séjour d’aperçus sur des activités annexes, telle une séance de spéléo à la grotte du Châtaignier. Ce même M Ochin poussait le souci de l’ambiance jusqu’à nous réveiller le matin sur fond musical de l’Adagio d’Albinoni diffusé dans les chambres, d’abord en sourdine, puis sur le mode crescendo jusqu’à un maximum raisonnable pour les plus paresseux. C’était autre chose que la sonnerie d’un réveil ou le clairon des anciens bidasses… »

En savoir plus

Pour en savoir plus sur la Formation à la Fédération française de cyclotourisme, rendez-vous sur ffvelo.fr.

Texte : Georges Golse – Photos : DR
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.