Bichonnez votre vélo

Si l’huile est nécessaire au bon fonctionnement d’un vélo, la quantité utilisée doit rester modérée. Il faut savoir que la négligence est à l’origine de la plupart des incidents mécaniques sur un vélo. Alors prenons-en soin !

La Fédération française de cyclotourisme vous apporte quelques indications pour faciliter votre entretien.

1. L’entretien de base

Le Nettoyage : c’est la première étape d’un entretien, à sec avec un chiffon ou une peau de chamois humide après chaque sortie ou à l’eau savonneuse si le vélo est très sale. Les jets haute pression des lavages auto sont à utiliser avec précaution et parcimonie car très violents et dégraissants. Rincez toujours en étant perpendiculaire aux axes pour éviter de pénétrer dans les roulements. Faites suivre tous les lavages d’un graissage complet du vélo.

Un Nettoyage permet aussi un contrôle visuel qui peut faire apparaitre des fissures d’usures ou une vis desserrée.

Le graissage : une mécanique sans huile, ne pourra pas fonctionner et s’abimera plus vite. L’huile minérale et fluide est suffisante, mais pour un usage intensif, vous pourrez préférer un lubrifiant moins collant au Téflon. Essuyez toujours le surplus de lubrifiant pour éviter à la poussière de coller. Pour le graissage des axes et roulements, utilisez une graisse blanche, insensible à l’eau.

Les serrages et contrôles : sous l’effet des vibrations, les pièces qui composent votre vélo peuvent avoir tendance à se dévisser. Établissez une petite liste pour détecter les boulons ou écrous qui ont tendance à reprendre leur liberté.

Les réglages : sans eux, votre vélo n’est qu’un tas de pièces … les réglages de changement de vitesse et de système de freins sont les principaux. Toutes les pièces demandent à être montées et réglées correctement pour fonctionner. Effectuez toujours les réglages sur un vélo propre, graissé et contrôlé.

2. C’est la première sortie de votre vélo ?

Les vibrations, les chocs et le premier montage ont tendance à placer ou marquer la matière de chaque pièce. Le contrôle des serrages et réglages est donc l’objectif prioritaire d’une première révision.

Contrôle : tous les serrages, les réglages de freins, les réglages de vitesses, la tension des rayons.

Lubrification : la chaîne (si besoin), les mécanismes de pédales automatiques (si vous en avez), les galets de dérailleurs…

3. Après chaque sortie

Si la première révision demande une vérification systématique des serrages et réglages, le travail s’allège un peu, pour les sorties suivantes…

Nettoyage : la chaîne, les dérailleurs, les jantes et patins de freins ou les disques.

Contrôle : le jeu dans la direction, la tension des freins, l’état des pneus, les maillons de chaîne, les embouts de câbles, le fonctionnement des vitesses.

Lubrification : la chaîne.

4. Et par temps pluvieux ?

Après un bon lavage, vous devrez vous concentrer sur la lubrification de l’ensemble des pièces en mouvement et le contrôle de leur usure éventuelle due à la boue.

Lavage : l’ensemble du vélo

Contrôle : l’usure des patins ou disques et plaquettes de freins, l’usure et l’état de la chaîne, les galets de dérailleur arrière, le bon collage des poignées de guidon, le fonctionnement des freins, les changements de vitesses, l’état des joints de suspensions.

Lubrification : la chaîne et les galets de dérailleur, tous les câbles et gaines, les têtes de câbles dans les leviers, les commandes de dérailleurs, le mécanisme des pédales automatiques (si vous en avez), les articulations des dérailleurs.

5. Un pépin mécanique ne vous fera plus peur !

Les clubs de la Fédération française de cyclotourisme proposent à leurs adhérents des formations en mécanique afin d’être autonomes à vélo : vous les trouverez sur veloenfrance.fr ! N’oubliez pas non plus votre nécessaire pour partir en randonnée… notre conseil pour une boite à outil : un multi-outil complet, un dérive-chaîne et le maillon rapide correspondant à votre chaine, des rustines et une chambre à air, une pompe à vélo (dont l’embout correspond aux valves de vos chambres à air). Afin d’être tranquilles, vous pourrez y ajouter une vis de selle, un morceau de chambre à air et de pneu découpé, une patte de dérailleur si elle existe sur votre vélo, quelques colliers rilsan et une ficelle (c’est un peu le kit survie en cas de gros coup dur !).

Crédit photo : J.L Armand
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.