Le Pérou à vélo, clap de fin !

Nous avons suivi durant plusieurs mois, Bernadette, Annie et Yves sur les pistes poussiéreuses du Pérou. Nous les retrouvons en France pour une conclusion et une fenêtre ouverte vers la prochaine destination…

Petit rappel du périple accompli par nos trois cyclos sans frontières.

Ils ont quitté la France le 18 septembre 2018 pour un voyage dans le sens nord-sud, en partant de Lima, Huaraz pour des treks de quelques jours dans la cordillère blanche qui auront nécessité de grandes précautions afin de s’acclimater à la haute altitude. Les villes traversées sur le chemin : Huanuco, Tarma, Huancayo, Ayacucho, vallée sacrée avec Machu Picchu, Cuzco, lac Titicaca, île de Taquilé, le canyon del colca, Chivay, Cabanaconde, Aréquipa, Paracas et les îles ballestas.
Ils sont rentrés le 22 décembre 2018 en France pour passer les fêtes de fin d’année avec leurs familles et nous livrent leurs ressentis sur ce pays si attachant d’un point de vue humain et si éprouvant d’un point de vue sportif.

Leurs ressentis sur ce voyage au Pérou


« Nous avons laissé derrière nous les innombrables meutes de chiens agressifs qui nous poursuivaient jusqu’à mettre leurs crocs dans nos sacoches arrières (chute). Yves garde l’empreinte sur une cheville.

Au Pérou, le vote étant obligatoire, sinon amende, nous avons assisté à la propagande de candidats, dans les villages perdus de montagne, avec des maisons repeintes entièrement à l’effigie d’un parti politique souvent représenté par un symbole comme un épi de maïs, un condor, un tracteur, un minerai, etc… pour ceux qui ne savent pas lire. Des haut-parleurs diffusent de la musique dès 6 h du matin accompagnée de slogans, de promesses…
Pendant la période du vote, la vente d’alcool est interdite. Sauf que, un brouhaha musical sort des gargotes aux rideaux de fer partiellement fermés. Yves y pénètre, plié en deux, et là, on sert… de la bière, tout le monde (hommes uniquement) est bien alcoolisé. La police dans les rues ferme les yeux. Cela porte un nom il me semble…

Si nous n’avons pas aimé les chiens, nous avons apprécié la conduite des Péruviens que ce soit sur les pistes où les camions attendaient notre passage afin de ne pas nous envelopper de poussière, sur les routes où les conducteurs klaxonnaient gentiment tout en s’écartant généreusement avec des signes d’encouragement.

Le Pérou est le berceau de la pomme de terre, actuellement plus de mille variétés y sont répertoriées. Les marchés en regorgent sur plusieurs dizaines de mètres d’étalage. Merci à Christophe Colomb, grâce à lui nous mangeons des frites…

Le Pérou est un pays riche (sous-sol) mais les Péruviens sont pauvres, voire très pauvres… dixit un guide péruviens , parlant un excellent français. »

Un nouveau voyage en perspective ? 


En guise de conclusion, Annie nous glisse : « Nous sommes seulement en escale en Touraine car la suite vous la connaîtrez d’ici quelques jours… » Nous attendons donc avec impatience la suite de leurs aventures.

 

L’intégrale des aventures au Pérou sur www.veloperou.com  

Texte : Jean-Pierre Giorgi et Annie Proust – Photos : Annie Proust – www. veloperou.com

 

 

 

 

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.