À Vélo… Tout simplement – Italie : Bari – Nice

2 avril – 30 avril 2018. D’Albanie, nous quittons nos amis et embarquons sur un bateau pour traverser la mer Adriatique. Une nuit de trajet avant de débarquer à Bari en Italie. Cette fois ci nous sommes définitivement en Europe et en zone Euro. Cela devrait être plus facile. Quant à la langue, un mélange de Français, d’Espagnol devrait faire l’affaire. Une fois sur le quai, reste la sempiternelle question de : « quelle route allons-nous suivre ? » Notre première option est de rejoindre la Sicile, puis remonter par la Sardaigne et la Corse. Cela fait encore beaucoup de transport. Option abandonnée.
Soixante quinzième épisode. *À suivre

Nous nous engageons pour suivre la côte Adriatique. Plages, plat, facile. C’est sans compter sur les vacances de Pâques qui attirent déjà beaucoup de trafic sur les routes. 2ème option rejetée. Trop de monde.

Nous optons donc pour une 3ème option, celle que nous préférons finalement. La montagne, les routes désertiques, les sommets encore enneigés et les bivouacs faciles.

La chaine des Apennins va nous permettre de traverser l’Italie par les montagnes du Sud au Nord.

C’est un bon choix, qui nous fait passer par des régions peu fréquentées, en traversant des villages perchés où la vie semble figée.

Juste encore un peu de neige au sommet des cols pour renforcer cette ambiance rude et donner du relief aux montagnes.

Coté météo, à part quelques épisodes pluvieux, nous avons un magnifique début de printemps nous permettant de profiter d’un soleil chaud.

Coté hébergement, nous trouvons à chaque fois de jolis lieux de bivouacs, profitant des très nombreux ruisseaux pour nous décrasser et nous désaltérer.

Le paradis du cyclo-campeur.

Coté routier, des routes de montagnes, pas toujours bien entretenues, beaucoup de dénivelé, de nouveaux cols à collecter et beaucoup de plaisir à rouler tranquillement avec peu de circulation,
et de monde.

Et pourtant. A la boulangerie d’un village paumé, nous (re)trouvons Mike. Un américain à vélo que nous avons déjà croisé 1 an auparavant au Bostwana….

Le monde est définitivement bien petit… Rendez-vous est donné pour rouler de nouveau ensemble en France. Pour le moment, il doit rejoindre la côte pour prendre un bateau à destination du  Maroc.

Quant aux incontournables d’Italie, Rome, Florence, Pise, Cinque terre et des centaines d’autres, nous les contournons soigneusement. L’Italie est notre pays voisin. Nous avons déjà eu l’occasion de pédaler dans de nombreuses régions et d’admirer ces fabuleuses merveilles.

Nos détours nous amènent à Cueno. Dernière ville avant de basculer en France. Le col de Larche aurait été le plus rapide pour rejoindre Grenoble, mais nous voulons passer par Nice pour saluer Philippe, le frère de Christian que nous n’avons pas vu depuis Noël 2013.

Il ne reste donc que la route de Tende. Pendant un temps nous nourrissons l’espoir de franchir le col à vélo. Mais les fortes chutes de neige de cet hiver rendent son passage bien compliqué avec des vélos chargés. Tant pis pour les 50 lacets (côté Français) que nous n’avons jamais descendus….

En attendant le forage de la seconde galerie, le tunnel historique, à sens alterné, reste interdit aux vélos.
Il est facile de passer outre l’interdiction, surtout dans le sens Italie-France. Les 20 minutes entre les feux permettent aisément d’effectuer les 3 kilomètres qui sont descendants. Mais nous ne voulons pas commencer notre rentrée au pays par une infraction….

Par chance, la veille, nous avons diné, au camping de Cuneo, avec un couple de Ch’tis, qui dès le lendemain partaient direction Menton avec leur camping-car. A la fin du repas, il été décidé de passer le tunnel ensemble.

C’est donc à Tende, côté Français que nous reprenons la route.

Hors de question, une fois de plus, d’aller se noyer dans le flot de véhicule du bord de mer. Nous optons donc pour la route des cols qui va nous mener à Sospel, Contes et la vallée du Var.

Plus pratique pour rejoindre Nice Nord où Philippe à son « campement ».

Première retrouvaille. Rien n’a changé, Philippe est toujours plongé dans sa passion. Les bagnoles et leurs moteurs.

C’est lui qui aurait dû être ministre de l’écologie. Il a plus de voitures que Nicolas Hulot…

Ici, nous prenons un avant-goût de notre ancienne- future vie…

Nous retournons dans le monde global. Campagne – Rond-point – Zone industrielle – Rond-point –  Zone commerciale – Rond-point – Zone à urbaniser – Rond-point – Zone pavillonnaire – Rond-point – Centre-ville.

Nous passons quelques jours ici à profiter de la côte d’Azur, et de la bonne ambiance du lieu.

Jour après jour, nous remettons un pied dans ce monde réel….

Mais il nous reste encore quelques kilomètres à accomplir pour clore définitivement cette formidable ballade qui se terminera officiellement le 27 mai 2018. 

Au plaisir de vous retrouver et/ou de vous croiser sur les routes de notre belle France.

* Ce sont les paroles et photos de Patricia et Christian que vous retrouvez tout au long des reportages.
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.