La Suisse bernoise à vélo

Dans le Paradis vert.
Le paradis vert… ? L’image n’est pas trop forte. Dans l’Oberland bernois, dans les environs de Gstaad ou la région de Berne et de l’Emmental, les nuances de vert dominent. Les parcours sont accessibles à tous et l’accueil suisse à la hauteur de sa réputation. Paradis rime ici avec douceur de vivre.

L’Oberland bernois, avec ses montagnes et ses lacs majestueux, l’Emmental, dont les vallons abritent d’imposantes fermes fleuries, Berne, la capitale helvète, ce sont les destinations avec lesquelles nous allons nous familiariser.

La Suisse ! Ses images de chalets disséminés dans la montagne, ses vaches et leurs grosses sonnailles, ses villages proprets, ses drapeaux rouges et croix blanche qui flottent au vent… Clichés ? Peut-être. Mais c’est bien dans cette Suisse là que nous vous invitons. Pour compléter ce tableau idyllique, il manque un train partant à l’assaut de la montagne. Ce train, je l’ai emprunté pour me rendre à pied d’œuvre, au cœur des Alpes bernoises, dans la région de Gstaad. La qualité du voyage tient à la fois de la qualité du service –irréprochable- et aux paysages traversés.

De Genève à Montreux, à tribord, le Léman, en fond d’écran, les montagnes. Après Lausanne, à bâbord, les terrasses des vignobles des Lavaux (Cyclotourisme n° 667). À Montreux, changement de train. Des wagons avec vues panoramiques, du sol au plafond. Le voyageur ne manque rien du paysage. D’abord, le train s’élève régulièrement au milieu des vignes. Le Léman disparaît à l’horizon, puis les vignobles. C’est la montagne, les alpages, les torrents… Le voyage en train est la mise en bouche, le prélude, l’ouverture…

Vous souhaitez lire la suite, achetez la revue n° 683 ou abonnez-vous 

Texte et photos : Georges Golse
ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.