Balade en Pays cathare – Une « Première » réussie

Un été indien – 23 participants représentant 10 clubs de la Haute-Garonne, plus un cyclo norvégien – 3 jours de randonnée – plus de 240 km et plus de 3 500 mètres de dénivelé – de magnifiques circuits tracés sur des petites routes peu fréquentées – la satisfaction des participants et la joie de l’organisateur.

Mardi 27 septembre : Foix – Quillan => La journée pentue

Le départ se fait de Vernajoul où nous avons garé nos voitures.

Rassemblement devant la halle de Foix d’où nous partons à 8h45. Chacun chemine à son rythme sur la tranquille RD1 menant à Roquefixade, premier château cathare rencontré. Regroupement à l’entrée du village, il manque le cyclo norvégien, il a cassé un rayon de sa roue arrière et a été obligé de revenir à Foix pour réparer, un cyclo du club de Montrabé est resté avec lui pour l’aider. Certains cyclos iront boire un café à la seule auberge du village avant repartir vers Montségur.

La montée du col est pentue, le peloton s’étire, rassemblement au col de Montségur, puis descente au village, terme de notre demi-étape.

Après le pique-nique, pris devant la fontaine, notre guide Gérard nous conte l’histoire des cathares, du château de Montségur et du massacre des inquisiteurs du catharisme à Avignonet, qui précéda le siège de Montségur. Cette immersion cathare fut complétée par la visite du village.

La descente rapide du col nous conduit à la fontaine de Fontestorbes où Gérard se fait un plaisir d’expliquer son fonctionnement.

A Bélesta, le circuit offre deux options : la basique passant par le col de la Babourade, Puivert et le col du Portel, et, l’option plus sportive passant par le col de La Croix des Morts, long col de 8 km et situé à 898 mètres.

Le groupe de Puivert fit un arrêt devant le château pour quelques explications de Gérard, l’autre groupe traversa le Plateau de Sault avant de descendre dans la vallée du Rébenty, sur une tranquille petite route traversant le magnifique défilé de Joucou.

L’arrivée au centre d’hébergement de La Forge, l’auberge de jeunesse de Quillan, se fit autour de 17h00.

72 km avec plus de 1200 m pour le circuit basique et 97 km avec 1480 m pour le circuit optionnel ont été parcourus.

Mercredi 28 septembre : Quillan – Limoux => Le secteur des légendes

Ciel clair, température fraîche (8°C) à 8h25 lorsque nous quittons La Forge.

Comme hier, les groupes se forment par affinité et par niveau d’entrainement. La traversée de Quillan est suivie par la longue montée du col Saint Louis, qui nous permet de vite nous réchauffer.

Regroupement au sommet, nous sommes à la limite des départements de l’Aude et des Pyrénées orientales. Notre intrépide Catalan ne peut s’empêcher d’embrasser le sol de sa Catalogne natale.

Descente du col vers les terres mystérieuses.

Le Pic de Bugarach nous fait face, nous le contournons et traversons le village, bien calme aujourd’hui, contrairement aux périodes qui annoncent la fin du monde et qui voient un afflux de personnes crédules.

Rennes-le-Château est atteint par une route vicinale, tranquille, mais très pentue (passage à 12% au compteur), mais heureusement ombragée, « une tempête de ciel bleu » nous suit depuis notre départ. Sans s’être donné le mot, la majorité du groupe se retrouve dans les « Jardins de Marie », une terrasse de restaurant ombragée par un gigantesque platane.

L’aubergiste est débordée par l’affluence des cyclos, nous passons un long moment à attendre les plats commandés. Gérard nous quitte un moment pour raconter aux cyclos ayant pique-niqué l’histoire du trésor de l’abbé Saunière curé de Rennes-le-Château. Après avoir terminé notre repas, nous recherchons l’ombre pour écouter les explications de Gérard.

La descente sur Couiza est un régal. Les vignes apparaissent le long des routes, nous approchons du pays de la Blanquette. Limoux est atteint par une petite route passant par le village de La Serpent à l’écart de l’axe Quillan-Limoux.

Nous avons le temps de passer à l’hôtel des Arcades de Limoux pour déposer nos vélos, nous doucher, changer de tenue et aller au rendez-vous de 17h00 pour visiter la cave Guinot. Une dégustation de Blanquette clôture cette visite.

72 km et 1080 m de dénivelé ont été parcourus

Jeudi 29 septembre : Limoux – Foix => Retour en Ariège

Un ciel clair et une température de 10°C nous promettent une nouvelle belle journée.

Le regroupement sur la place de la république bordée d’arcades est le dernier. Aucune visite n’est programmée, aussi les cyclos les plus pressés sont déjà partis, les autres continuent à cheminer sur les tranquilles routes bordées de vignes. Celles situées sur des coteaux ont été vendangées, les autres en fond de vallée portent encore les raisins, qui ont besoin de plus de soleil pour murir à point.

Un panneau touristique signale la circulade de La Digne-d’Aval, un village perché au-dessus des vignes. Une seule rue en forte pente (10%) donne accès à la circulade ; elle entoure l’église St Jacques (1886) et une fontaine, et, marque le centre du village.

Dès que la route s’élève les vignes disparaissent, nous franchissons les cols de Dieude et de Saint-Benoit avant de descendre sur Chalabre où nous faisons la pause-café matinale. Une route toboggan longe le lac de Montbel pour arriver à Léran. Nous n’apercevons qu’une partie du château, il est bâché et en cours de rénovation.

Laroque-d’Olmes est notre prochaine étape. Les restaurants sont fermés, nous ne trouvons pas de sandwichs aussi nous décidons de poursuivre notre route et d’arriver à Foix pour déjeuner.

A 14h00, nous sommes attablés à la terrasse du café de la Halle de Foix.

Cette balade en Pays cathare est terminée. Beaucoup de cyclos ont découvert le voyage itinérant en toute autonomie (c’était le but du Codep 31) et sont demandeurs d’une prochaine édition.

Une mention particulière pour Rieumes Cyclotourisme, présentant 5 participants dont 3 dames, qui a adopté une parfaite allure cyclotouriste durant ces trois journées.

Un compte-rendu, plus détaillé, sera rédigé par Gérard, notre guide et grand organisateur.

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.