Au delà d’un regard

Diana, 22 ans, et Marion, 25 ans, sont toutes les deux à la recherche d’aventures, d’échanges, de partages et de liberté. Ensemble, elles vont se lancer dans un projet d’un an à la découverte du monde à partir d’août 2017. Elles sillonneront l’Europe et l’Asie du Sud-Est pour parcourir 17 000 kilomètres à pied, en transport en commun, en auto-stop et à vélo. Découvrez leur interview.

Pourriez-vous vous présenter ?

« Diana, du haut de ses 22 ans, est une jeune femme droite dans ses baskets. Elle rêve de devenir policière mais, pour le moment, elle est employée de magasin pour financer ce projet. Marion, 25 ans, tente de garder son âme d’enfant en étant animatrice avec les jeunes de 11 à 17 ans mais elle rêve avant tout de partir en voyage. »

Quel est votre projet et quel est le message que vous souhaitez passer ?

« Nous partons pour un total de 17 000 km, avec 7 000 km à vélo et 10 000 km en auto-stop à travers 18 pays. Nous allons voyager en totale autonomie. Notre tente, duvet, et réchaud seront toujours avec nous. Nous dormirons où nous le pourrons en demandant aux habitants s’il est possible de poser notre tente dans leur jardin. Notre façon de voyager nous permet de faire un maximum de rencontres. Le partage est l’essence même de cette aventure.
Pendant cette année, nous voulons aller à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont décidé de changer leur façon de vivre mais aussi de consommer. Nous voulons nous rapprocher de la nature, du partage et de la solidarité.
Par la suite et grâce à notre association, nous voulons nous rendre dans des écoles pour faire des activités ludiques autour de l’écologie (construction d’hôtel à insectes, apprendre le cycle des légumes et des fruits, construire des jouets avec du matériel de récupération, faire des grands jeux autour du recyclage…) et parler de la permaculture. »

Qu’est-ce que la permaculture ?

« La permaculture est avant tout une philosophie, une façon respectueuse de concevoir son rapport à la terre et l’envie de vivre en harmonie avec les hommes et la nature. Elle est basée sur trois objectifs principaux et toutes les actions mises en placent doivent y répondre : prendre soin de la terre, prendre soin des hommes, et partager équitablement.
Sur le terrain, la permaculture est un système qui s’auto régule. Les pesticides ne sont plus au rendez-vous. Chaque plante, légume, herbe, a un impact bénéfique sur un autre végétal. Cela nécessite donc une bonne organisation et des plans préalablement établis pour avoir les meilleures associations possibles. Pour donner un exemple concret, il est conseillé de mettre les carottes à côté des poireaux car l’odeur de la carotte repousse la larve du ver du poireau et l’odeur du poireau repousse la mouche de la carotte. »

D’où vient ce projet et quel a été le déclic pour vous lancer ?

« Nous avons toujours eu cette volonté de voyager. Il a fallu qu’on se rencontre pour que les projets s’enchaînent. Le frère de Marion a fait le tour du monde à vélo alors nous avons voulu perpétuer cet élan. Le vélo est un mode de déplacement écologique et on s’est aperçues qu’il nous permet d’être au plus près des personnes. Nous suscitons la curiosité et cela est toujours très facile de pouvoir trouver un petit jardin pour pouvoir y poser notre tente et partager un moment convivial. C’est un réel enrichissement humain.
Vous avez envie de partir mais vous doutez ? Ne laissez pas de côté vos rêves et partez à l’aventure !
N’oubliez pas qu’il y a toujours des solutions face à vos peurs, que vous pouvez prévoir, que vous pouvez commencer par une courte durée, qu’il existe des sites Internet permettant de trouver des familles prêtes à vous héberger en échange d’un coup de main. Si vous pensez ne pas avoir d’argent, il faut savoir qu’une vie « normale » coûte plus chère qu’une vie de « voyageuse en autonomie ». Pour vous donner une idée nous allons vivre avec un maximum de 450 euros par mois par personne pendant 13 mois, en comprenant les transports, les assurances, l’alimentaire, l’hébergement occasionnel et en se faisant plaisir aussi !
Les peurs sont faites pour être vaincues et il ne faut pas laisser ses rêves sur le côté ! Alors foncez, il n’y a pas à avoir peur si en face c’est le bonheur. Vous serez étonnés de voir à quel point vous pouvez être courageux ! »

Quels sont vos plus beaux voyages à vélo ?

« Nous avons déjà réalisé deux périples à vélo. Le premier en 2015 dans le sud de la France. Nous avons parcouru 750 km en deux semaines. Nous avons traversé la Camargue pour nous rendre à Cassis et ensuite remonter dans les gorges du Verdon pour finir à Béziers. Notre second voyage s’est déroulé en Autriche en août 2016.
Ces voyages étaient stratégiques. Le premier était proche de la maison familiale de Marion, au cas où nous ne trouvions pas de logement. Une expérience inoubliable avec des rencontres incroyables, nous avons passé notre première nuit sur un voilier. À la fin de ces quinze jours, nous pensions déjà au prochain voyage. Nous nous sommes lancés un autre défi et nous avons décidé d’aller dans un pays étranger avec des routes montagneuses. Nous avons vécu des moments vraiment difficiles face aux dénivelés et aux terrains impraticables à vélo pour monter les cinq cols compris entre 1 800 m et    2 400 m d’altitude. Nous avons dû faire face et trouver des solutions mais il n’y aucun mot pour exprimer la fierté que nous avons eu d’avoir réussi ce périple. Encore une fois, nous avons rencontré des gens fantastiques et généreux. »

Comment allez-vous financer votre voyage ?

« Nous allons financer ce voyage grâce à l’argent que nous avons réussi à mettre de côté pendant un an. Nous avons la chance de vivre chez nos parents, il est donc plus facile de nous lancer. Nous avons lancé une cagnotte en ligne où nous avons réussi à récolter un peu de plus 1 500 euros qui seront destinés à l’achat du matériel. Nous sommes actuellement à la recherche de partenaires. Nous avons écrit des dossiers de sponsoring où nous pouvons partager et faire de la communication sur nos supports de voyage contre une aide financière ou matérielle. »

Avez-vous une anecdote de cyclotouriste à partager ?

« Si nous devions raconter une anecdote, ce serait dans le sud de la France. Nous étions à la recherche de personnes pour remplir notre gourde et nous nous sommes retrouvées avec deux melons et deux bouteilles d’eau grâce à des agriculteurs ! Une attention qui nous a particulièrement touché même si cela a considérablement augmenter le poids de notre vélo. Une vraie petite maison qu’on transporte sur nos vélos à chacun de nos périples ! »

Découvrez leur aventure sur leur site ici et aimez leur page Facebook en cliquant ici !

 

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.