Semaine fédérale internationale de cyclotourisme – Dijon 2016 : bienvenue aux vététistes !

Avec 300 inscrits sur la semaine et les participants à la journée, un terrain propice à de belles virées, les vététistes sont comblés, preuve en est le sourire affiché sur tous les visages !

Tous les départs, excepté celui de lundi (à partir de Selongey), ont lieu de la Permanence ce qui est très apprécié des participants : point de regroupement au kilomètre 0, possibilité de garer le véhicule pour les inscrits à la journée, circuits en boucle donc retour au point de départ.

Les sentiers ont permis de découvrir de beaux sites comme le Mont Afrique et son point de vue sur Dijon, Notre Dame d’Etang, l’arrière-côte viticole, les hauteurs de Lantenay, les alentours de Dijon et les bords du lac Kir… du plus technique au plus roulant toute une palette de chemins pour combler le vététiste. Les cartes des circuits, suffisamment claires et détaillées ainsi qu’un balisage parfait ont permis de s’en donner à cœur joie à travers quelques montées assez rudes, mais aussi de belles descentes, des monotraces à travers bois, des chemins plus techniques ou des passages plus roulants. On aura noté que, de vallées en plateaux, ici, le terrain n’est vraiment pas plat.

Un patrimoine très riche le long des chemins

Les vététistes ont pris le temps d’admirer le patrimoine architectural : lavoirs, fermes anciennes, églises mais aussi industriel notamment celui de la cocotte-minute. Le circuit à travers l’arrière-côte viticole a conduit les participants par une succession de combes, falaises, plateaux vers le château du Clos Vougeot qui mérite la visite.

On aura également pu noter que l’agglomération dijonnaise bénéficie de quelques poumons verts bien agréables : le Plateau de Chenôve, le Port du Canal de Bourgogne, le lac Kir, la Combe à la Serpent…

Des participants heureux, souriants, solidaires

Des plus au moins jeunes, le sourire s’affiche sur tous les visages. On échange quelques mots, on partage une boisson au bistro d’un village traversé, on apprécie le silence en sous-bois, les hautes futaies de hêtres et cette déambulation à travers le paysage à la force des mollets.

Dans l’ensemble, le vététiste est jeune, voire très jeune (écoles de cyclo, jeunes du point accueil de la SF, club d’un comité d’entreprise), mais aussi un peu plus ancien, et même féminin car ici aussi les filles ne sont pas en reste même si on les souhaiterait plus nombreuses.

Essayer le VTT, c’est l’adopter !

Texte et photos : Carmen Burgos

ATTENTION: Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.